TexteD4

vendredi 2 mars 2012
popularité : 6%

Contre un ordre mondial hétérosexiste

Les Gouines Noires, décembre 1995 (manifestation sociale contre le plan Juppé sur les retraites)

Nous avons décidé de nous regrouper aujourd’hui, lesbiennes de diverses tendances politiques : lesbiennes féministes, révolutionnaires, anarchistes, anti-impérialistes, chômeuses et salariés de toutes professions confondues pour énoncer dans ce tract une réflexion commune sur notre participation en tant que lesbiennes à cette manifestation. (Paris, le 16-12-95)

La révolte populaire qui a lieu actuellement va bien plus loin que les réclamations par rapport à la retraite et à la sécu. Si nous sommes dans la rue aujourd’hui, c’est pour proposer un projet de société qui va à l’encontre d’un ordre mondial économique de rentabilité et de profit prôné par les gouvernements et les possédants. Et ne nous leurrons pas, si le gouvernement à retiré son projet par rapport à la retraite, il est toujours aussi déterminé à mener une politique qui nous mène vers une société avec toujours plus de discrimination.

Nous voulons une société où les rapports d’oppression entre les classes soient abolies, qu’il s’agisse des classes de sexe, des classes sociales où des classes raciales. Nous voulons une société mondiale qui s’affranchisse de l’oppression patriarcale, capitaliste et impérialiste. Nous voulons une redistribution équitable des pouvoirs et des richesses dans le monde et en faveur des lesbiennes et des femmes. Pour cela nous luttons contre une idéologie fasciste et naturaliste qui prône l’inégalité comme ’normale’ et la justifie par des explications biologiques.


Pour un partage du travail et des revenus

Bien plus que la question de la retraite après 40 annuités de cotisations, nous pensons qu’il s’agit dans notre société de revoir entièrement le partage du travail et des revenus afin d’assurer à chacune une autonomie financière - garante d’une autonomie et du choix de leur vie. Pour nous, lesbiennes, c’est d’autant plus important que toute notre vie et nos choix sont fondés sur une autonomie vis à vis de la famille et des hommes. Hors, dans une société patriarcale et capitaliste, ne pas vouloir partager le travail rémunéré, signifie renvoyer les femmes au lover et les contraindre à l’hétérosexualité.

Dans une société où il n’y a plus de travail pour tous c’est encore une manière de privilégier ceux qui le sont déjà. Les lesbiennes et les femmes, premières touchées par le chômage, les immigrés, les handicapés seront à long terme pénalisés, car comment feront-ils pour assembler même 37 et demi annuités à une période ou le chômage peut les laisser de nombreuses années sans emploi. Nous dénonçons un gouvernement qui veut rendre dépendantes les lesbiennes et les femmes où les contraindre à la misère.


Non à une idéologie hétérosexiste mondiale

Notre lutte pour une libération de l’oppression patriarcale, s’accompagne d’une lutte pour la libération de l’oppression économique. Que ce soit en Occident ou dans les pays du Tricont (les trois continents du sud), les populations subissent une pression à la fois de leurs gouvernements et des possédants pour se plier à ce que ceux-ci appellent l’ordre économique international, un ordre mondial patriarcal, impérialiste et capitaliste. Les lesbiennes et les femmes en particulier subissent cet ordre mondial qui les contraint à la pauvreté et leur enlève leur autodétermination. Ce système prône une société fondée sur le travail salarié qui est une exploitation des travailleurs et sur la famille qui est une exploitation des femmes. Aujourd’hui c’est tout le système et son idéologie qu’il nous faut remettre en question partout dans le monde et en solidarité avec les lesbiennes et les femmes qui luttent dans le Tiers Monde.


Non au plan Juppé

Nous exigeons une réforme de tout le système de sécu, retraite et assurance chômage, en tenant compte de la mutation du monde du travail, afin de redistribuer les richesses selon les besoins de chacun. Nous voulons une société où l’on ait plus de temps libre, du temps pour vivre, pour exercer une activité politique ou sociale non rémunérée, participer à la gestion de la société, ce qui fait peur aux dirigeants de nos pays qui préfèrent diriger seuls.

Nous proposons :
- Le retrait du plan Juppé
- Un référendum national sur l’emploi des milliards dépensés pour les essais nucléaires et la proposition de les employer à combler le trou de la sécu.
- Une occupation de la maison de la radio, afin de briser le monopole idéologique de l’état, la manipulation et la propagande qu’il produit pour nous désinformer.
- A toutes les lesbiennes de se mobiliser afin de créer des réseaux de solidarité pour les lesbiennes au chômage où âgées, car en attendant la révolution on est mal barrées avec Juppé.
- Descendons dans la rue et multiplions nos actions pour exprimer notre colère contre une idéologie qui prône l’oppression comme nécessaire, l’inégalité comme normale, le sexisme comme ancestral et inévitable, la famille hétéro comme seul modèle. Nous savons que tout cela est faux. Révoltons nous !!!

retour ici



Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 2 mars 2020

Publication

292 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
2 Auteurs

Visites

6 aujourd'hui
88 hier
329453 depuis le début
9 visiteurs actuellement connectés