A propos de l’argent et des lesbiennes, la suite...

samedi 16 juin 2012
popularité : 12%

La représentation au cinéma de la relation des lesbiennes avec l’argent

Janick Penhoat, Marine Lemant, Sylvie Dicostanzo, Mairanna Deforges

Synthèse de l’atelier animé par Débat ciné

Débat ciné ou Ciné débat ? Débat ciné !

Ce groupe souhaite proposer un espace de débat, de réflexion entre lesbiennes. Les montages d’extraits de films ou de séries projetés au cours des séances proposent des exemples de représentation des thématiques choisies, sans imposer de points de vue ni d’engagements personnels, pour laisser la parole libre et offrir un espace de discussions entre lesbiennes.

Pour cet atelier sur la représentation sur l’impact de l’argent dans la vie des lesbiennes, nous avons réalisé un montage de 55 minutes autour de 14 films français et étrangers. (Voir liste plus loin).

Contrairement aux débats que nous avons organisés auparavant (sur la représentation du quotidien des lesbiennes, les sexualités lesbiennes, le militantisme féminisme et lesbien en Bolivie, la lesbophobie intégrée), les extraits projetés ont été peu commentés. La projection semble cependant avoir facilité les témoignages personnels sur ce sujet, souvent tabou. Notre intervention de la veille sur l’analyse de cette représentation a peut être permis aux participantes de s’approprier plus facilement le sujet. De plus, les lesbiennes participantes du colloque sur les 40 ans du mouvement avaient déjà avancé leur réflexion.

Parmi les principales idées évoquées durant l’atelier, nous avons retenu :

Représentation de l’argent

"L’argent" se matérialise de différentes manières, sur le compte en banque, la régularité des revenus (et donc le travail qui les procure) les propriétés immobilières. Pour des lesbiennes ayant de faibles revenus, un appartement est parfois le seul patrimoine (matrimoine ?), c’est une sécurité, il représente la certitude de conserver un toit. Le fait d’être propriétaire ne doit donc pas être considéré uniquement sous l’angle de capitalisation de richesses.

La difficulté à monter économiquement le projet d’habitats collectifs des lesbiennes âgées met en avant l’importance de l’argent dans nos vies. Il semble difficile de dénier toute valeur à l’argent dans la société actuelle. Si les lesbiennes veulent trouver une place dans la société, elles ont besoin d’argent pour construire leurs luttes.

Alternative de consommation

Toute consommation est un acte politique. Lorsque les conditions économiques nous le permettent, ne pourrions-nous pas essayer de choisir par exemple entre produits équitables et produits hard discount ? Il y a bien sûr une multitude d’autres formes d’actions. On peut peser sur le monde par nos actes quotidiens.

Chaque achat peut-il être réfléchi en fonction de ses conséquences sociales et environnementales ?
Est-ce un luxe de choisir les produits que l’on consomme ? La galère impose souvent d’acheter les produits… les moins chers. Le message d’ "Oublier Cheyenne", est-il réaliste ? Lorsqu’on se retrouve brutalement dans la galère, a-t-on automatiquement pour autant envie de rejeter la société de consommation ?

L’important, c’est de disposer de réseaux de solidarité, mais cela nécessite d’avoir déjà eu une période de vie assez tranquille pour tisser ces réseaux.

Logement

Le problème du logement a été longuement évoqué durant l’atelier. Le coût de location ou de l’achat étant de plus en plus important, surtout dans les grandes villes. Différents points de vue ou stratégies ont été abordés pour rendre possibles certaines formes de logement : l’habitat et/ou l’achat communautaire, la construction, collective ou individuelle, d’habitations durables avec des matériaux peu onéreux (maison ou immeuble de paille par exemple).

Héritage

Certaines lesbiennes n’ont pas de famille proche à laquelle elles souhaitent léguer leur argent. Se pose alors la question de savoir à qui léguer son patrimoine, petit ou gros. Certaines ont déjà prévu de laisser leur argent et leur fond documentaire à des associations lesbiennes et/ou féministes. D’autres, dans une relation de couple, aimeraient pouvoir choisir leur amante comme héritière avec les mêmes avantages fiscaux que les couples hétéro mariés. Cette idée ne pourrait-elle pas être élargie pour que l’on puisse léguer –sans droits de succession- à qui on veut, amante, amie, ou groupe politique ?

Une proposition a été faite pour créer une fondation à laquelle les lesbiennes pourraient léguer leur argent. Mais on peut s’interroger sur le fait que des lesbiennes cherchent à qui léguer leur argent alors que dans le même temps les groupes politiques lesbiens ferment tour à tour, faute du soutien financier de la part de lesbiennes bien en vie.

Les réalités économiques ne laissent visiblement que peu de place aux utopies lesbiennes…

Débat Ciné. debatcine@gmail.com

Liste des films dont des extraits ont étés intégrés dans le montage de Débat Ciné :

DEBS de Angela Robinson

The L WORD (série)

Monster de Patty Jenkins

Ma mère préfère les femmes de Inés París

Benzina de Monica Stambrini

Fire de Deepa Mehta

I can’t think straight de Shamim Sharif

Amour Mortel de Damian Harris

Sex revelation partie 1 de Anne Heche

Tipping the velvet de Geoffrey Sax, tiré du roman de Sarah Waters

Les filles du botaniste de Dai Sijie
Better than chocolate de Anne Wheeler

The word unseen de Shamim Sharif

"Oublier Cheyenne" de Valérie Minetto



Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 20 mai 2017

Publication

215 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
2 Auteurs

Visites

10 aujourd'hui
81 hier
191794 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés