L’insupportable visibilité lesbienne

jeudi 10 octobre 2013
popularité : 11%

Bagdam, Toulouse

Bagdam Cafée (1989-1999)

Culture et socialisation lesbiennes

En 1989 s’ouvrait à Toulouse un café culturel non mixte, en plein centre-ville, où s’est exprimé tout ce qui compte sur la scène artistique et intellectuelle francophone et internationale lesbienne féministe, et dont la courte présentation disait : « En Europe, combien de lieux publics qui appartiennent aux femmes – homosexuelles et hétérosexuelles – qui soient leurs territoires, inscrits dans le tissu social, gérés par elles et pour elles, situés sur leur parcours quotidien, professionnel ou de flânerie ? Bien peu encore. Trop peu. Bagdam Cafée est l’un de ces lieux-là, né du désir de quelques-unes, actrices et héritières des luttes des femmes des années 70. »

Quand on parle de culture lesbienne, il ne s’agit pas seulement de littérature, de films, de musique, et autres manifestations de l’expression lesbienne, il s’agit aussi d’un vivre ensemble : durant ses 10 ans d’existence, des milliers de lesbiennes, françaises ou non, sont passées à Bagdam Cafée, qui a rempli à cent pour cent son rôle premier de mise en lien et de socialisation des lesbiennes. Actuellement, on peut dire que Bagdam est à l’origine de la plupart des réseaux toulousains et régionaux de lesbiennes de toute une génération.

Au fil des années, des lesbiennes sont venues s’installer à Toulouse parce que Bagdam y était. Les journaux ont parlé de Bagdam, Bagdam est venue à la télé et la télé est venue à Bagdam, bref, Bagdam a participé, avec tous les autres lieux lesbiens, à l’apparition des lesbiennes dans le paysage français en tant que groupe social actif et créatif aux yeux des lesbiennes elles-mêmes, leur donnant la possibilité de penser : « We CAN do it ! ».

Un territoire mental de légitimité

Pendant six ans, de 1989 à 1995, à travers ses multiples activités « conviviales, culturelles et politiques », Bagdam a construit les bases d’une légitimité, d’un « moi lesbien » solide, d’un territoire mental d’où les bagdamiennes ont pu s’élancer pour créer des événements lesbiens en hétéroland à partir de 1996, année du premier Printemps lesbien de Toulouse.

Bagdam Espace lesbien (2000 >)

Indépendance de pensée et d’action

L’activité café s’est arrêtée en 1999 et l’association s’est renommée Bagdam Espace lesbien, après une période de transition nommée « Bagdamobile ».

Depuis, Bagdam continue de s’inscrire dans la vie associative et culturelle toulousaine, créant à la fois des espaces et des moments conviviaux pour une population – les lesbiennes – qui n’en dispose pas dans l’espace public, et des manifestations apportant à toutes (et à quelques rares tous : ils étaient 12 sur 1 000 entrées au Printemps lesbien 2013…) un éclairage sur la production intellectuelle, artistique et politique de la sphère féministe et lesbienne :

- Six colloques internationaux d’études lesbiennes (de 2000 à 2009)

- Un cycle d’études, À l’école des lesbiennes (2003-2005)

- Deux festivals ou cycles culturels annuels : Le Printemps lesbien de Toulouse et Filles d’Automne et autres événements au fil de l’année liés à l’actualité.

- Le site web, qui met à jour l’actualité bagdamienne en interface avec l’actualité en France et dans le monde et diffuse pensée et culture lesbiennes à un niveau national et international.

- La lettre d’infos hebdomadaire, sur Toulouse, la France, le monde, envoyée à plusieurs centaines de correspondantes, lien essentiel pour les lesbiennes isolées et moyen de faire circuler entraides ponctuelles, informations et solidarités, réactivité politique face aux injustices et attaques idéologiques misogynes et lesbophobes. La signature de pétitions nationales et internationales passe par l’information diffusée sur cette liste sans cesse croissante comportant adresses individuelles et associatives, en France comme en Europe et en francophonie (Belgique, Suisse, Québec…)

Conclusion en forme de continuité

C’est à la Maison des femmes de Toulouse que les créatrices de Bagdam Cafée ont acquis leur légitimité en tant que femmes, c’est à Bagdam Cafée qu’elles ont acquis leur légitimité en tant que lesbiennes. C’est à travers Bagdam Espace lesbien qu’elles disent leur indépendance de pensée et d’action, qu’elles mettent les lesbiennes et leurs créations au centre de la page, pour être sûres de ne pas « laisser sans mémoire notre passé, sans paroles notre présent, sans références notre futur » (Michèle Causse).

Un projet permanent.

Brigitte Boucheron



Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 22 mars 2017

Publication

214 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
2 Auteurs

Visites

61 aujourd'hui
101 hier
185649 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés