Enquête sur la lesbophobie - Actions en milieu scolaire et auprès d’adultes

mardi 4 septembre 2012
popularité : 13%

Enquête sur la lesbophobie. Actions en milieu scolaire et auprès d’adultes

Sylvie GRAS [1]

SOS homophobie est une association loi 1901 créée en 1994. Elle est composée uniquement de bénévoles.

Ses objectifs sont de lutter contre toutes les formes de discriminations et de violences liées à l’orientation sexuelle, de soutenir et réorienter les victimes en fonction de leur demande.

L’association compte plusieurs commissions de travail réparties en trois pôles : un pôle écoute et soutien, un pôle prévention et un pôle actions.

Le pôle écoute et soutien gère la ligne d’écoute anonyme et les réponses aux courriers de victimes.

Le pôle prévention englobe les commissions lesbophobie, Intervention en milieu scolaire, Banlieue, et Formation pour adultes.

Le pôle action est chargé de la communication et en particulier de la publication du rapport annuel. Celui-ci sort le 17 mai lors de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie. Il fait le bilan des témoignages reçus par l’association ainsi qu’un suivi de la presse et une chronologie des faits sur l’année.

SOS est présente en Régions soit à travers des correspondants régionaux (Agen, Aix, Caen, Lille, Lyon, Nice) soit grâce à des partenariats avec des associations locales (Orléans).

C’est une association mixte.

Cependant l’engagement dans l’association est encore majoritairement masculin. Les femmes ne représentent qu’un quart des effectifs qu’il s’agisse des membres actifs ou de l’ensemble des adhérents.

  • 321 adhérents à SOS homophobie.
  • 90 membres actif-ve-s.

Des actions ponctuelles de recrutement envers les lesbiennes sont nécessaires afin d’assurer la mixité des commissions et ainsi la prise en compte des problématiques lesbiennes dans tous les axes de travail. C’est un des rôles de la Commission lesbophobie.

Concernant les appels de lesbiennes à l’association

Chaque année, nous faisons le même constat : les gays témoignent quatre fois plus que les lesbiennes sur notre ligne d’écoute ou par courriel. Notre rapport annuel analyse ces témoignages et un chapitre est entièrement consacré à la lesbophobie.

Les témoignages montrent une différence entre les appels de gays et de lesbiennes. Notamment, ces dernières témoignent beaucoup plus de problèmes familiaux, alors que si on s’intéresse au domaine du travail la proportion est la même chez les gays et les lesbiennes.

  • Rapport annuel 2007
  • Répartition des témoignages par sexe : 22% femmes / 76% hommes
  • Prédominance des témoignages de gays dans les contextes de la police, de la santé, de la justice et des agressions physiques.
  • Prédominance des lesbiennes dans les domaines de la famille et du mal de vivre.

Enquête lesbophobie : un moyen de visibilité

Face au peu de témoignages que nous recevons de la part des lesbiennes, face au peu d’éléments quantitatifs dont nous disposions, nous pouvions nous demander si la lesbophobie est un phénomène marginal. Nous avons donc décidé de lancer une enquête sur la lesbophobie. Le but : en connaître les acteurs, les manifestations et les conséquences, pour pouvoir ensuite mettre en place des actions de lutte plus ciblées.

C’était aussi une opportunité importante pour certaines lesbiennes de pouvoir s’exprimer sur un vécu.

Nous avons reçus 1793 réponses entre octobre 2003 et janvier 2004.

Le profil sociologique des répondantes se présente comme tel : elles ont majoritairement entre 25 et 34 ans ; elles résident surtout à Paris et en région parisienne (59 %). Elles sont principalement employées, cadre ou étudiante. Et majoritairement en couple.

La provenance des réponses :

  • 50% des réponses par le salon Rainbow Attitude
  • 30% par notre site Internet
  • 15% au festival « Quand les lesbiennes se font du cinéma » Cineffable
  • 5% pour le reste

Les modes de diffusion de l’enquête nous permettent donc de proposer une étude réalisée au sein d’une population lesbienne présentant une certaine visibilité.

Parmi les onze contextes de lesbophobie proposés par le questionnaire, les deux contextes les plus cités sont la Vie quotidienne et la Famille (respectivement par 45% et 44% des répondantes). La lesbophobie parmi les Ami-e-s et au Travail est évoquée par un quart des femmes. Le Voisinage est cité quant à lui par près d’une lesbienne sur cinq. Les autres contextes sont moins fréquemment évoqués.

Les domaines sont fortement liés entre eux puisqu’évoquer une situation de lesbophobie dans un des contextes augmente la probabilité d’en évoquer dans les autres.

57% des répondantes se déclarent victimes de lesbophobie en général. Elles ont répondu positivement à la question "Avez-vous été victime de lesbophobie ?".

63% évoquent de la lesbophobie dans au moins un des contextes.

La différence entre ces deux pourcentages s’explique par le fait qu’une centaine de femmes évoquent de la lesbophobie sans pour autant se déclarer victimes. Ces répondantes ont peut être hésité devant le terme "victime" ou elles ont perçu différemment le terme "lesbophobie" qui n’était pas défini dans le questionnaire.

Celles qui ont le plus de risque de se déclarer victimes sont :

  • les Parisiennes
  • les lesbiennes en couple
  • les femmes âgées de moins de 25 ans

Dans cette enquête, nous avons demandé quelles étaient les conséquences de cette lesbophobie d’un point de vue pratique et psychologique.

  • Pratique : rupture avec des proches, études perturbées, déménagement, perte d’emploi…
  • Psychologique : épisodes dépressifs, difficulté à assumer son homosexualité, tentatives de suicides…

Une lesbienne sur cinq indique avoir subi des épisodes dépressifs et une sur cinq indique avoir rompu avec des proches.

Même si la grande majorité reconnaît que les mentalités évoluent, ça reste toujours aussi difficile pour une lesbienne sur quatre.

Les plus citées :

  • épisodes dépressifs : 19%
  • ruptures avec des proches : 19%
  • angoisse : 13%
  • recours à un soutien psychologique : 11%

Et aussi :

  • vos études en ont souffert : 8%
  • tentative de suicide : 5%

Pour 64% les mentalités évoluent, mais 24% trouvent que « c’est toujours aussi dur »

Nous nous sommes intéressées à la position de la répondante par rapport à la lesbophobie.

« Votre position actuelle face à la lesbophobie ? »

  • vous affichez votre lesbianisme : 37%
  • vous fréquentez de préférence les milieux lesbiens : 33%
  • vos ami-e-s sont majoritairement homosexuel-le-s : 31%
  • vous dissimulez votre orientation : 28%
  • vous militez dans le milieu lesbien et gay : 15%
  • vous vous censurez : 13%
  • autre : 11%
  • vous vous engagez politiquement : 6%

Un certain nombre de lesbiennes ont indiqué à la fois « afficher leur orientation » et à la fois la dissimuler ou se censurer. Notamment : s’afficher dans le milieu privé et se dissimuler ou se censurer dans leur milieu professionnel.
La position la plus fréquemment déclarée est d’afficher son lesbianisme, mais l’invisibilité n’est pas très loin. Il faut néanmoins noter que notre échantillon est composé d’une population certainement plus visible que la réalité de l’ensemble des lesbiennes en raison de notre mode de diffusion essentiellement lié au réseau LGBT.

La dernière question importante en liaison avec le colloque est :

« Quels moyens peut-on mettre en œuvre pour lutter contre la lesbophobie ? »

  • visibilité des lesbiennes dans les médias : 66%
  • pénalisation de la lesbophobie (item proposé avant la création de la HALDE) : 56%
  • solidarité au quotidien : 52%
  • harmonisation des législations européennes : 48%
  • combat associatif : 46%
  • visibilité individuelle : 44%
  • engagement politique : 30%
  • autre : 7%

La visibilité dans les médias arrive en tête et ce, aussi bien parmi les lesbiennes qui s’affichent, que parmi celles qui dissimulent leur homosexualité.

La visibilité individuelle est plus souvent citée parmi les lesbiennes qui se disent visibles (à 59%) que parmi celles qui se censurent (à 37%).

Les moyens de lutte souhaités concernent donc plutôt un niveau social et législatif qu’un niveau individuel.

Les analyses sur la première partie de l’enquête seront publiées à l’automne. Pour l’instant, les principaux chiffres sont présentés dans une plaquette (également disponible en anglais sur notre site).

Intervention en milieu scolaire

D’une manière générale, l’association encourage au maximum les interventions mixtes lors d’événements et de manifestations contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle.

Dans l’éducation nationale, des circulaires existent pour que soient mises en place des actions de sensibilisation des élèves et des personnels, mais elles ne sont que très rarement appliquées.

Depuis 2001, SOS homophobie effectue des interventions en milieu scolaire. Celles-ci se font en binôme de préférence mixte. La visibilité passe par notre présence auprès des jeunes. Cette année scolaire nous avons effectuer 50 interventions touchant environ 1200 élèves de collèges, lycées ou BTS.

Formation pour adultes

La commission Formation pour adultes a été créée en 2006 pour relancer les actions de SOS homophobie auprès des adultes. Gérée par deux de nos adhérentes en Région, elle vise à sensibiliser à l’homophobie les professionnels des domaines de l’éducation, du sanitaire et social, de la santé, de la justice, les syndicats… Les travaux en cours sont la création de modules d’interventions spécifiques à chacun de ces publics, la prise de contacts et ensuite viendra la réalisation proprement dite des formations.

Conclusion

En conclusion, il est primordial d’identifier ce qu’est la lesbophobie afin que cette discrimination ne soit plus considérée comme minoritaire, voire inexistante. Notre lutte passe par la visibilité de la réalité des agressions et par la demande d’une politique volontariste de sensibilisation et de prévention.


[1Adhérente depuis 4 ans à SOS homophobie, et en particulier membre active de la Commission lesbophobie, de la Commission Intervention en milieu scolaire et administratrice. Elle travaille plus particulièrement sur l’enquête lesbophobie.
Contact : lesbophobie@sos-homophobie.org
Site www.sos-homophobie.org



Navigation

Articles de la rubrique

Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 2 septembre 2017

Publication

219 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
2 Auteurs

Visites

20 aujourd'hui
73 hier
202854 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés