1970

vendredi 11 mars 2011
popularité : 20%

Barbara Hammer : « Etre lesbienne en 1970 était un mode de vie expérimental ! »

Dans cet article vous trouverez des informations classées par : contexte, œuvres de référence, événements, créations et parutions.

CONTEXTE

-  Indemnisation à 90% du salaire brut du congé de maternité par la Sécurité sociale (au lieu des 50% réservés à la maladie). Le décret d’application viendra en 1971.
-  Remplacement de l’autorité paternelle par l’autorité parentale. Désormais, la notion de chef de famille est supprimée. Toutefois, l’autorité parentale est exercée par la mère d’un enfant naturel même si les deux parents l’ont reconnu.
-  Le magazine Elle organise les États généraux de la femme ; des femmes s’emparent du micro et dénoncent cette manifestation.

OEUVRES DE REFERENCE

-  Kate Millett publie « Sexual Politics » trad. « La politique du Mâle » Stock, 1971 ; Seuil, 1983 : Notre société est fondée sur un système patriarcal dans lequel la moitié de la population les femmes est contrôlée par l’autre moitié les hommes. L’auteure s’attaque également à l’idéologie réactionnaire de la psychanalyse qui décrit les femmes "par nature" soumises et les hommes dominants et qui confond biologie et culture.
-  Jocelyne François publie « Les bonheurs ». 1ère édition, Laffont, 1970, réédition Mercure de France, 1982. Roman autobiographique. Le combat de deux femmes qui s’aiment de cet amour qui dérange les conventions et bouscule les tabous d’une époque frappée par la guerre d’Algérie.

EVENEMENTS

-  Exclusion de lesbiennes d’Arcadie (dont Françoise d’Eaubonne) qui contactent le MLF, un groupe informel est créé, qui deviendra le FHAR en 1971. Guy Hocquenghem, Daniel Guérin y participent.
-  Débat sur l’oppression des femmes organisé par des femmes à l’Université de Vincennes ; les hommes, gauchistes en sont exclus ; début de la non-mixité.

-  Des féministes se réunissent pour déposer une gerbe sur la tombe du soldat inconnu portant la banderole : Il y a plus inconnue que le soldat inconnu : sa femme. Cette action est synchrone de la grève nationale des femmes organisée par les Américaines ; grève du travail ménager, du maternage, du lit, etc. C’est la naissance du Mouvement de Libération de la Femme (MLF). Le sigle MLF apparaît.

CREATIONS

-  Création des Féministes révolutionnaires dont les AG se tiennent aux Beaux-arts, à Paris.

PARUTIONS

-  L’Idiot international, n°6 (mai 1970) fait paraître l’article : « Combat pour la libération de la femme », premier texte féministe français, co-signé par Monique Wittig, Gille Wittig, Marcia Rothenburg et Margaret Stephenson.
-  A l’automne 70, paraît un numéro spécial de la revue Partisans (n°54-55 de juillet-octobre), publié par François Maspero, intitulé « Libération des femmes, année zéro », qui rassemble des témoignages anonymes, et des textes signés par des Françaises et des Américaines. On lit dans la présentation : "Le phénomène n’est pas limité aux États-Unis. Partout en Europe occidentale, simultanément depuis plus de deux ans, en Angleterre, en Hollande, en Suède et au Danemark, en Allemagne, en France, maintenant en Italie, des groupes de femmes se sont spontanément formés pour réfléchir aux moyens de lutter contre leur oppression."
-  Parution, dans l’Idiot-Liberté du 1er décembre 1970, du supplément Le Torchon brûle (n° 0), « la Révolte des femmes ».



Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 22 mars 2017

Publication

214 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
2 Auteurs

Visites

29 aujourd'hui
101 hier
185617 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés