Texte 15d

vendredi 2 mars 2012
popularité : 5%

Tracts de la manifestation du 25 juin 1977

"En janvier à Miami…"
Des femmes qui vivent autrement

En janvier à Miami une loi anti-discriminatoire a été votée garantissant les libertés des homosexuels en ce qui concerne le travail, le logement, les libertés individuelles. Actuellement, une organisation intitulée "sauvons nos enfants" dont le porte-parole est une femme a réussi, après une violente campagne, à faire abroger ces lois et poursuit cette campagne dans tout le pays

Cette femme, reine de leurs concours de beauté, qui prostitue son image sur des placards publicitaires pour vendre leurs marchandises, "bonne épouse" néanmoins, prend prétexte des enfants pour attribuer les violences qui leur sont faites aux homosexuels.
Femme, elle fait passer les décrets des pères propriétaires des femmes et des enfants pour des décrets de la nature et de Dieu. L’oppression a tout à gagner à se faire cautionner par l’opprimée.
Cette inquisition frappe dans les faits autant l’homosexualité féminine que l’homosexualité masculine. Et pourtant c’est surtout de l’homosexualité masculine qu’il est question dans cette campagne.

Cela démontre une fois de plus que la seule sexualité reconnue est masculine. La négation de l’homosexualité des femmes et donc de la sexualité des femmes est primordiale pour le maintien du patriarcat. Les femmes mères, épouses, putains, ne sont pas sensées avoir de désir en dehors de ces rôles ni de sexualité en dehors du regard des hommes : l’homosexualité féminine montre l’existence du désir et de la sexualité des femmes.

Le terrorisme anti-homosexuel sert à faire croire aux femmes qu’elles ne seront plus des femmes si elles cessent d’accepter la loi des hommes.

On nous propose de choisir entre un non-désir : la mort lente dans la famille ou notre désir qui nous vaut des menaces de mort par les défenseurs de la famille (aux USA ils portent des badges disant "tuez un homosexuel pour le Christ")

NOUS NE PERMETTRONS PAS QU’ILS NOUS DIVISENT MÊME ET SURTOUT S’ILS JOUENT SUR NOS PEURS LES PLUS PROFONDES : QUAND LES FEMMES S’AIMENT, LES HOMMES NE RÉCOLTENT PAS.

C’est pourquoi nous appelons toutes les femmes à venir manifester le samedi 25 juin 1997 à 15 heures, Place de la République.

retour ici



Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 2 mars 2020

Publication

292 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
2 Auteurs

Visites

113 aujourd'hui
130 hier
313873 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés